Bisbilles au sein de la droite parisienne

Publié le par DA Estérel 83

LeParisien.jpg

 

 

Ambiance orageuse au sein de la droite parisienne. Objet du litige, la validation par la commission d’investiture de l’UMP, hier soir, de la liste menée par Chantal Jouanno pour les sénatoriales à Paris, en septembre. Six maires UMP ont pris la tête de la fronde :  (VIIe), Claude Goasguen (XVIe), François Lebel (VIIIe), Brigitte Kuster (XVIIe), Jean-François Legaret (Ier) et Jean-Pierre Lecoq (VIe).

 

Ils contestent la présence de la ministre des Sports, réputée proche de , mais aussi du filloniste Daniel-Georges Courtois, en 4e position, imposé par Matignon. « C’est le fait du prince. Jouanno n’a aucune légitimité sur Paris et Fillon prépare le terrain », dit-on chez Dati. La maire du VIIe n’apprécie guère les rumeurs annonçant le parachutage du Premier ministre dans la capitale pour les législatives de 2012, dans la circonscription qu’elle vise (la 2e)… Avec peut-être les municipales de 2014 en ligne de mire. « Elle se voyait déjà à l’Hôtel de Ville et Fillon vient contrecarrer ses petits plans. C’est normal que ça la gêne », s’amuse-t-on du côté de l’UMP, même si Jean-François Copé prend bien soin de ne pas attiser les divisions.

 

 

Liste dissidente

« Fillon pensait arriver sur Paris sur un lit de roses, mais certains lui préparent un lit d’épines », souligne un élu UMP de la capitale, qui redoute la création d’une liste dissidente aux sénatoriales. Justement, même s’il ne s’est pas encore déclaré, Pierre Charron, l’ancien conseiller de , écarté de la liste parisienne, fourbit ses armes. « Pierre est prêt à partir et à monter sa propre liste, assure un de ses proches, il a le soutien d’au moins 15 conseillers de Paris, ce qui lui suffit pour être élu. » Charron revendique la place dévolue à Daniel-Georges Courtois. « Notre liste a été validée à l’unanimité. Tous les élus doivent maintenant accepter ce verdict », répond Philippe Goujon, député UMP du XVe et patron de la fédé parisienne. Reste que ce nouvel épisode pourrait coûter à l’UMP un ou deux sièges de sénateurs, pourtant précieux à l’heure où le Sénat pourrait basculer à gauche.

 

Isabelle Balkany a décroché hier soir l’investiture de la commission de l’UMP pour les sénatoriales de septembre. L’adjointe au maire de Levallois se trouve en 4e position sur la liste des Hauts-de-Seine menée par l’ex-secrétaire d’Etat Roger Karoutchi.

Publié dans UMP

Commenter cet article