Une note de haut vol pour le ministre Bussereau

Publié le par DA Estérel 83

 

 

SudOuest-copie-1

Le président du Conseil général s'explique sur 757.130 euros d'avion-taxi dépensés quand il était ministre de l'Agriculture

 Dominique Bussereau assume ses déplacements en avion quand il était ministre, pour sa mission et elle seule. Photo X. Léoty

Dominique Bussereau assume ses déplacements en avion quand il était ministre, pour sa mission et elle seule. PHOTO X. LÉOTY

 

Après s'être expliqué, en octobre, pour un vol en Suisse quand il était ministre des Transports, le président UMP du Conseil général de Charente-Maritime est mis en cause cette fois pour des factures d'avion-taxi plus anciennes encore.

À l'époque où il était ministre de l'Agriculture (2004-2008), un rapport a été rédigé pour faire le point sur les dépenses liées à cet usage. « 757 130 euros en vingt-neuf mois », selon « Le Canard Enchaîné » daté de ce mercredi qui révèle ces chiffres. « Soit une dépense mensuelle, en avions privés, de 26 107,93 euros », précisait alors l'auteur du rapport.

 

Rapport « égaré » depuis la date de sa rédaction en… 2008. L'auteur lui-même du rapport n'en a jamais vu la couleur. Jamais publié, pensait-il. Et il n'était pas le seul. Bruno Le Maire, actuellement ministre de l'Agriculture, affirmait il y a peu que cette enquête n'avait jamais été rédigée.

« Un non-rapport »

Le ministre répondait ainsi à une députée socialiste bretonne qui s'interrogeait sur la suite donnée aux « voyages » de Dominique Bussereau. Lors de la campagne des cantonales en mars dernier, l'opposition locale du président du Département avait aussi utilisé ces éléments. Sans réponse.

C'est que le rapport « perdu » et aujourd'hui retrouvé ne fait pas de cadeau à l'ancien ministre charentais. Son auteur voit dans certains de ces voyages en avion privé des « éloignements de la règle républicaine observés dans des circonstances proches de la convenance personnelle ». Selon lui toujours, Dominique Bussereau aurait fait des vols « en période électorale pour raccourcir les délais de retour dans la circonscription, voire pour soutenir un ami ».

S'il ne remet pas en cause le montant de ces déplacements, Dominique Bussereau, interrogé hier, dément en revanche la destination de ces vols. « Par principe le ministre de l'Agriculture n'a pas les fesses dans un fauteuil mais va dans les cours de fermes », assume l'élu, qui ne change pas de cap. Au contraire, « je crois que les agriculteurs le savent et me le font encore savoir », commente l'ancien ministre justifiant aussi son « bon boulot » par le bon score de Nicolas Sarkozy dans le monde agricole : « 77 % au second tour de la présidentielle ».

En revanche, « je n'ai mené aucune campagne personnelle durant la période en question », précise l'élu royannais, dénonçant un « non rapport, rédigé par un militant socialiste de l'inspection générale.

Un auteur socialiste

Joint hier par nos soins et se refusant « à tout commentaire », le fonctionnaire, auteur de ce document, est effectivement de gauche. Il est même élu socialiste dans l'Aveyron. « c'est un ancien conseiller de M. Glavany », rappelle même Dominique Bussereau après s'être renseigné…

« Son texte n'est pas celui d'un rapport administratif. C'est un tract ! », tranche d'ailleurs Dominique Bussereau quand il apprend que ses déplacements sont jugés par l'auteur comme « pas compatibles avec le devoir d'exemple qu'un responsable doit donner à ses troupes à qui il demande par ailleurs de faire des économies ».

Une époque révolue défend encore l'ex-ministre en affirmant que, depuis son départ du gouvernement, François Fillon a régularisé ces déplacements. « Le Premier ministre a signé un texte permettant aux membres du gouvernement de pouvoir rentrer sur leur terre d'élection » avec l'avion utilisé pour leur mission.

De Rome, Bruxelles ou d'ailleurs, le ministre Bussereau venait - oui - se poser à Royan. « J'assume de ne pas être parisien », conclut l'élu.

Publié dans UMP

Commenter cet article