Un sénateur UMP veut que N.Sarkozy ne se représente pas

Publié le par DA Estérel 83


Le sénateur UMP Alain Lambert estime que Nicolas Sarkozy n'est pas en situation de faire gagner la majorité en 2012 et appelle les ténors de l'UMP à se rencontrer pour "envisager toutes les éventualités

 

 

Dans une tribune sur le site internet de la chaîne Public Sénat, l'ex-ministre du Budget dénonce "des méthodes" que Nicolas Sarkozy "croit bonnes depuis 3 ans" et qui entraînent la droite "tout droit dans l'abîme".

Il estime en particulier que "l'antisarkozysme se nourrit de l'esprit de cour".

Se disant accusé par les médias "d'antisarkozysme primaire", Alain Lambert affirme s'être tu jusqu'à la fin des élections régionales afin de ne pas pénaliser son camp.

Mais il ajoute que "le concert des hypocrites" expliquant au lendemain du scrutin que Nicolas Sarkozy restait "notre sauveur à tous" l'a conduit à rompre le silence.

"Mon avis est qu'aujourd'hui, il (Nicolas Sarkozy) n'est pas en situation de faire gagner nos idées en 2012", écrit-il.

"Alors, à quoi sert-il de le lui faire croire ? Sinon à le faire persister dans ses méthodes qu'il croit bonnes depuis trois ans et qui nous entrainent tout droit dans l'abîme", ajoute-t-il.

Alain Lambert juge donc nécessaire que "ceux qui sont capables d'assumer cette fonction se préparent à prendre la relève, s'il vient à dévisser complètement, ce qui n'est pas totalement à exclure".

"Faisons simple, pourquoi les Premiers ministres Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Dominique de Villepin et François Fillon ne se rencontreraient-ils pas pour envisager toutes les éventualités ?", propose-t-il.

D'autres élus de la majorité se sont récemment montrés très critiques envers le chef de l'Etat.

Le député Thierry Mariani, qui s'attendait à entrer au gouvernement, a dit avoir eu le sentiment d'avoir été "pris pour un con" par Nicolas Sarkozy et a boycotté une réception des députés UMP à l'Elysée mercredi soir.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article