Sarko-Proglio, d'amour et de fraîche

Publié le par DA Estérel 83

Accueil

 

 

Renouant avec une habitude ancienne, Bakchich publie le coup de gueule d'Isabelle de Flandre, boss d'une société de conseils en éthique des affaires.

 

Que cherche Morgan Stanley avec Nicolas Sarkozy?

 

 

La proposition de la banque d’affaires Morgan Stanley d’organiser une conférence à l’américaine avec l’ancien Président de la république, Nicolas Sarkozy, révélée dans le Canard Enchaîné (29/08) est-elle éthique ?

 

L’éthique professionnelle est en fait l’incarnation des vertus appliquées au monde des affaires, en fonction de chaque contexte rencontré. En reprenant ce référentiel, autrement dit en chaussant des lunettes éthiques, voilà comment cette information peut être décryptée.

 

 

L’opération répond-elle à la vertu du patriotisme économique, si revendiquée aujourd’hui ? Cela pourrait être le cas, selon le sujet de la conférence… Une banque française, voire européenne, aurait été sans doute plus légitime. Mais pourtant quoi de plus normal pour Morgan Stanley, puisque sa branche française est l’une des banques conseils de l’entreprise publique EDF,dont le président a été nommé par… Nicolas Sarkozy !

 

La vertu de l’audace y trouve t- elle son compte ? Certes, les émoluments évoqués - 250 000€ - peuvent être considérés comme conformes aux pratiques américaines. Cette proposition financière pourrait constituer une opération à risque, car démesurée par rapport au risque politique. Excès d’audace aussi : pourquoi mettre la banque en lumière à la veille d’une audience d’arbitrage mettant en cause la branche allemande et le parti de Madame Merkel ?

 

Que dire de la vertu solidarité ? à ce titre quels seraient les intérêts entrepreneuriaux de Morgan Stanley France, dirigée par René Proglio (« Der Zwilling ») - jumeau du PDG d'EDF Henri, qui se placeraient au-dessus des intérêts propres de celui-ci ? Le doute n’est pas permis.

 

Autre vertu de taille : la justice. L’organisation de conférences est en soi conforme au Droit. En revanche, s’il apparaissait par extraordinaire et par inadvertance, que Morgan Stanley cherche à influencer la Chancelière Allemande dans le cadre d’une action judicaire en cours dans le land du Bade-Wurtemberg, la réponse serait nette : cela n’est pas éthique !

 

Plus globalement, la question que l’on est en droit de se poser est : Nicolas Sarkozy serait-il sur une pente dangereuse en risquant de se rendre complice d’un conflit d’intérêt potentiel dans le milieu du business ?

 

Isabelle de Flandre

 

Fondatrice de ID&ethics,

société de conseils spécialisée dans l’éthique des affaires et de la RSE.

 

Publié dans Affaires

Commenter cet article