Sans Sarkozy, l'UMP ne sait plus riposter

Publié le par DA Estérel 83

Sarkofrance-S2

 

 

 

Les clans se forment et se consolident à l'UMP. Les ambitions s'expriment, mais en coulisses. Les rancoeurs aussi. Et la riposte devient maladroite ou ridicule.

La présidence Hollande démarre trop sobrement pour que les sbires de l'ancien Monarque parviennent à lui trouver quelques critiques consistantes. Alors on brode ou on s'attarde sur les détails. La composition du premier gouvernement Ayrault en fut un bel exemple.

Cinq années de Sarkozysme omniscient ont-elles ruiné l'analyse critique à droite ? Les anciens perroquets de Sarkofrance cherchent leur nouveau mentor.

L'ancien candidat du peuple, lui, venait de filer se reposer à Marrakech.  

NKM 2017
La démarche était curieuse. Nathalie Kosciusko-Morizet aurait signifié ses ambitions à la candidature à l'élection présidentielle de... 2017. L'ancienne porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy aurait rompu la prétendue trêve. Selon le Figaro, elle aurait prévenu Jean-François Copé, il y a quelques jours, imaginons lundi: « Écoute, Jean-François, pour la direction du parti, je ne sais pas si je me présenterai. Mais quoi qu'il en soit, sache-le: je serai candidate à la présidence de la République en 2017. » Quelques heures plus tard, la voici contrainte de démentir: « Je suis concentrée sur les élections législatives ». Au passage, on s'amuse de constater que le nom de domaine Internet a quand même été réservé. Au cas où.

Dati 2017
Autre (fausse) surprise, Rachida Dati avait finalement renoncé à se présenter contre François Fillon. Sa justification n'en fut pas moins détestable pour l'ancien premier ministre: « J'aurais pu me présenter et faire battre François Fillon.(...) Je ne serai pas de ceux qui parlent d'unité mais ne se l'appliquent pas à eux-mêmes. En responsabilité, je ne souhaite pas ajouter de la division à l'échec en me présentant dans la circonscription où je suis pourtant légitime ».

Ambiance, ambiance.

Fillon2017
François Fillon a son plan de route. Député en juin, maire de Paris en 2014, président de la République en 2017. Il compte ses soutiens. La présidence de l'UMP est vacante. Roselyne Bachelot-Narquin a affiché son soutien: « Je souhaite que François Fillon soit candidat à la présidence de l'UMP ».

Jean2007
Sarkozy a douché les ambitions du prince Jean. Son fils ainé voulait se présenter aux prochaines élections législatives. Mais l'ancien Monarque n'était pas d'accord, une anecdote rapportée par le Parisien: « Les Sarkozy doivent se faire oublier, et ils se feront oublier. »

Calomnies 2012
Depuis lundi, les outrances antiHollande sont inversement proportionnelles à la sobriété du nouveau président. Il n'est pas en poste qu'il a déjà tout faux. Samuel Laurent, pour le Monde, a répertorié quelques-unes de ces joyeusetés, des posters figurant Martine Aubry en Tchador au procès en patriotisme.

Mercredi, Jean-Marc Ayrault a pris ses fonctions de premier ministre. La transition fut cordiale. Sur les ondes, il y avait encore quelques UMPistes pour afficher leur mauvaise foi contre cette nomination et rappeler l'ancienne condamnation du maire de Nantes, pour une « affaire d'administration municipale vieille de 15 ans » (comme la qualifié François Bayrou), condamnation qui fut pourtant ultérieurement annulée.

Nous pouvions rappeler, encore et malheureusement, le premier gouvernement Fillon, avec André Santini et Alain Juppé. Ou cette fameuse liste qui circulait depuis quelques temps déjà d'une bonne vingtaine de fraudes diverses impliquant des élus UMPistes. Fallait aussi rappeler les récents développements de l'affaire Karachi, avec une nouvelle mise en examen de l'ancien chef de cabinet adjoint du ministre Sarkozy ?

A l'étranger, la presse a plutôt insisté sur l'investiture sobre et le président « étanche ». « L'heure est à la modestie pour les puissants » a commenté le conservateur Times, à Londres. En Allemagne, on loua ce président « modeste et réfléchi ». Rappelez vous ce qu'écrivait l'envoyé spécial du Monde, en juin 2008, à propos des relations Sarkozy/Merkel: « Malgré les efforts répétés des deux côtés, le courant ne passe pas ».

Hollande 2012
Jean-Marc Ayrault a formé son gouvernement en fin de journée, mercredi. L'attente était si insoutenable que les chaînes d'information ont dû broder. Et la risposte UMPiste tenter de fustiger les tractations et l'attente. Martine Aubry avait refusé de participer au gouvernement. Preuve de tensions et négociations. Cela n'empêchait quelques fidèles de l'ancien Monarque de répéter les éléments de langage établis depuis lundi: un « clan PS » est au pouvoir tout en se moquant de la « guerre des chefs ». Quelle critique !

Les mêmes promettaient l'entrée de ministres Front de Gauche ou un Hollande otage de Mélenchon pendant l'entre-deux tours. Aujourd'hui ils font semblant de regretter l'absence d'ouverture. 

Sur Twitter, ils se lâchèrent en quelques mots: Eric Ciotti tapait à côté en accusant François Hollande d'être redevenu « le premier secrétaire du ps celui du compromis et des compromissions » . Avait-il oublié Sarkozy qui se félicitait d'avoir élargi son équipe gouvernementale à toutes les composantes de l'UMP (sic!) et pas seulement les sarkozystes ?

Tout cela était incohérent. Ce gouvernement, somme toute classique et simple dans le périmètre de ses ministères, à la parité exemplaire (tant en nombre qu'en importance des ministères), laissent peu d'accroches à la critique objective. Pensez donc ! Il n'y a même pas d'éléphants en surnombre ! Dans le clan sarkozyste, on s'agace que découvrir tant de nouvelles têtes. La part belle fut aussi laissée à la jeunesse et à la diversité. Jean-Paul Garraud, député UMP de la Gironde, cria tout haut ce que quelques sbires sarkozystes pensaient tout bas, estimant que « que "la composition" du gouvernement risquait d'"entraîner la montée du Front national" et lui donnait "mal à la France" ». C'en était ignoble et triste: « ».

Observatoire 2012
Il ne faudra pas compter sur cette droite pour observer et analyser sereinement la mandature Hollande. En tout cas pas tant qu'elle est encore dans cet état. C'est de toute façon inutile. Les critiques, à gauche ou au centre, seront lucides. A la différence de Nicolas Sarkozy en son temps, François Hollande sait qu'il ne peut pas compter sur un « omni-parti unique ».

Déjà, des initiatives se sont créées ici ou  pour tenir les comptes de cette nouvelle présidence.

Ami sarkozyste, rendors-toi.

Nicolas Sarkozy, ton ancien mentor, est à Marrakech pour 15 jours de vacances privées.

Publié dans UMP

Commenter cet article