Retraites : Royal 1 - Aubry 0

Publié le par DA Estérel 83

 

Marianne2

Invitée ce matin au micro de France Inter, Ségolène Royal a affirmé qu'il était impossible de revenir sur l'âge légal de la retraite à 60 ans et notamment tant que les revenus du capital ne seraient pas à mis à contribution. Une ligne beaucoup moins sinueuse que sa déjà rivale Martine Aubry.


ntre les prévisions alarmistes et fluctuantes du COR, le discours de peur alimenté par le gouvernement, les voies sinueuses empruntées par Martine Aubry et l’angélisme d’un Mélenchon, Ségolène Royal, a choisi une voie médiane. 
Invitée sur France Inter, présidente de la région Poitou-Charentes a affirmé qu’il fallait réformer le système mais il faut « surtout le réformer très très bien, en concertation et en écoute et je déplore qu’il y ait déjà des tensions sur ce sujet puisque les organisations syndicales ont appelé à des mobilisations pour le 1er mai. Dès le départ l’Etat n’a pas voulu entendre la nécessité de mettre tous les paramètres sur la table ». 

Pédagogue, comme à l’habitude, Ségolène Royal prend l’auditeur par la main : « Pourquoi est-ce qu’il y a aujourd’hui un problème de financement des retraites. Il n’y a pas qu’une seule raison, il n’y a pas que la raison démographique, il y a aussi le chômage. Il y a moins de salaires donc moins de cotisations donc un manque à gagner ».
Le chômage d’accord mais pas que : « il y a aussi la crise économique. Pourquoi ? »poursuit l’ultra-didactique Ségolène qui comme la plupart des politiques a succombé à l’insupportable gimmick de l’époque de l’auto-interrogation qu’il conviendrait lui-même d’interroger. Alors pourquoi ?: « parce que quand il y a une crise économique, il y a moins de salaires distribués, moins de cotisations salariales, donc un manque de ressources dans les caisses de retraite ».

LES PRÉSIDENTIELLES EN LIGNE DE MIRE
Paramètre essentiel : l’âge légal de départ à la retraite. Martine Aubry louvoyait, l’UMP a choisi son camp. Ségolène n’en démord pas et s’auto-interroge toujours… : « quel objectif faut-il atteindre ? Il faut atteindre un objectif si possible consensuel parce que la retraite, c'est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas. Il faut agir sur tous les paramètres. Il faut faire cotiser la capital, il convient de remettre à plat les avantages fiscaux offerts aux plus riches. Les niches ficales qui profitent aux grandes fortunes valent 75 milliards d’euros. Et 60 ans doit rester un âge légal. Pourquoi ? Parce que tant que tous les paramètres ne seront pas mis sur la table, il est hors de question de toucher à ce qui fait la sécurité fondamentale de millions de français  ».

Certes, on retrouve ce matin la dimension marketing de la méthode Royal, qui consiste à dire aux gens que ce qu’il souhaitent entendre, et qui finit par transformer la logique d’offre politique en un langage de demande. Mais Ségolène Royal a profondément professionnalisé sa méthode et gagné en flair politique. Pendant que Martine Aubry sort de son chapeau le concept fumeux de « société du care », Ségolène Royal s’opposait à la taxe carbone, aux décisions de l’Etat en matière de zonage suite à la tempête Xynthia et maintenant aux retraites. Si elle n’a pas confirmé sa participation aux primaires socialistes, elle file tout droit vers la présidentielle…

Vendredi 16 Avril 2010
Régis Soubrouillard - Marianne


 

Publié dans Retraite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
<br /> si j'osais, je dirais .... Royal !!!!!<br /> aubry et consors n'ont qu'à bien se tenir, nous veillerons au respect d'un scrutin juste et non entaché de fraudes !!!!<br /> <br /> <br />
Répondre