Quand une ministre se fait traiter de prostituée

Publié le par DA Estérel 83

Coulisses de Sarkofrance

 

 

Twitter va nous tuer, vraiment.

Ce dimanche, Najat Vallaud-Belkacem, ministre du droit des femmes, affichait sa volonté de combattre la prostitution jusqu’à l’abolir.

“Mon objectif, comme celui du PS, c’est de voir la prostitution disparaître. Je ne suis pas naïve, je sais que ce sera un chantier de long terme. Cette position abolitionniste est le fruit d’une réflexion tirant les leçons des insuffisances des dispositifs actuels”

Sur Twitter évidemment, l’affaire a buzzé. C’est l’un de ses sujets de société pas si facilement solubles. Et pour lequel il faut argumenter longtemps.

Certains ont dérapé, encore.

La prostitution serait moralement condamnable. J’avoue que je ne suis pas d’accord. Je suis trop libertaires pour imposer à quiconque de faire ce qu’il lui plaît avec son corps. L’argumentation pro- ou anti-prostitution, pour être efficace, devrait surtout se concentrer sur les objectifs recherchés. La ministre est très clair: “Sans aucun jugement moral, il s’agit de protéger l’immense majorité des prostituées, qui sont d’abord des victimes de violences de la part des réseaux, des proxénètes.”

Abolir la prostitution la rendrait encore plus clandestine. Sans doute. Mais alors comment aider les prostituées ? L’actuel “entre-deux” ne résout rien. Il faut pénaliser jusqu’au bout, puisque la légalisation complète serait une aberration.

 

Publié dans UMP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article