Pourquoi BHL est intouchable

Publié le par DA Estérel 83

Justice au singulie

 

 

Une bataille judiciaire va-t-elle s'ouvrir entre Marine Le Pen et Bernard-Henry Lévy ? Ce dernier a reproché, mardi, à la patronne du Front national de «faire systématiquement huer, dans ses meetings, des noms à consonance juive». Philippe Bilger, notre blogueur associé, explique pourquoi l'éditorialiste du «Point» a gagné d'avance.


(Bernard-Henry Lévy à Cannes - UPUY FLORENT/SIPA)
(Bernard-Henry Lévy à Cannes - UPUY FLORENT/SIPA)
Marine Le Pen va assigner Bernard-Henry Lévy en justice parce qu'en substance, dans son bloc-notes du Point, celui-ci lui a imputé une responsabilité dans l'agression odieuse des trois jeunes Juifs à Villefranche, près de Lyon (le Point,Nouvelobs.comMarianne2le Monde). Le combat n'est même pas inégal, BHL est gagnant par KO avant même de l'avoir livré.

HONNEUR

Marine Le Pen, après tout, ne représente que plus de six millions d'électeurs qui sont par définition des obtus et des fascistes. En plus, elle n'est même pas reçue à l'Elysée par un président qui pourtant semblait avoir fait de l'équité et de la normalité ses guides. 

Il est évident qu'elle n'a pas d'honneur, qu'on a le droit de tout se permettre avec elle. Elle a beau avoir renvoyé aux oubliettes les obsessions de son père sur la seconde guerre mondiale, le nazisme et l'antisémitisme, même si elle a connu une terrifiante rechute à Vienne à cause d'une fidélité qu'elle ne peut pas mettre à bas d'un seul coup. Ses paroles et ses déclarations n'ont pas l'ombre d'une importance puisque, comme pour Eric Zemmour ou quelques autres, elles ne comptent pas puisque derrière elles les pensées sont forcément mauvaises, et que sous ces dernières, il y a évidemment des arrière pensées nauséabondes. MLP est faite comme un rat dans l'étau et la bonne conscience de ses adversaires fanatiques. 

Elle a fait huer le nom de BHL dans ses meetings. Quoi qu'ait accompli ou dit ce dernier, il est scandaleux de s'en prendre à lui parce que ce ne sont jamais ses actions, ses attitudes et ses invectives qui sont mises en cause, mais seulement la donnée qu'il est juif. Il est donc interdit, dans tous les cas, d'avoir un différend avec lui : on est naturellement indigne. Celui ou celle qui prétendrait ne pas l'aimer à cause de ses œuvres, de ses écrits, de ses paroles et, plus généralement, de la haute opinion qu'il a de lui-même et que la révérence médiatique lui permet de cultiver, serait inéluctablement de mauvaise foi puisqu'il se méprendrait sur la cause exclusive de son dissentiment : BHL est juif. Peu importe le fait que lui-même, à tous moments et sur tous les plans, l'évoque. C'est comme cela : il est intouchable.

TRIOMPHE

Marine Le Pen n'a pas d'honneur ni de sens de l'honneur. Donc tout outrage est possible, confortable, bienvenu. BHL lui, a tous les honneurs. Ceux qu'on lui octroie et ceux dont il se pare. Son omniprésence, sa surabondance, son film sélectionné à Cannes en dernière extrémité dans l'urgence, la Libye surexploitée sur le vif, par le livre, par l'image, la rhubarbe et le séné pour Nicolas Sarkozy et lui, sa volonté de se constituer et d'apparaître sans cesse comme un justicier éthique, l'arbitre des élégances morales et des initiatives historiques, le vibrion exemplaire des causes dans l'instant sublimes et durablement perverses – encore la Libye ! –, BHL incontestable, incontesté, applaudi, fêté, encensé, une ou deux critiques négatives sur son film n'altère pas sa médiatisation forcenée, BHL une lumière, une clarté pour notre monde sans repères ! On a le droit, même le devoir de dire du bien de lui. Ce n'est pas parce qu'il est juif. Du mal : c'est parce qu'il l'est. 

Comment BHL aurait-il dû, dans ces conditions, s'abstenir d'accabler la patronne du Rassemblement bleu Marine ? Il n'avait aucune raison de se gêner puisqu'avec elle on a toute licence, même celle de lui imputer une quelconque responsabilité dans la commission d'actes odieux et qu'elle a jugés effrayants avant même l'intimidation de BHL. Il sera assisté, lors de l'audience où tel que je le devine il sera présent, par un avocat remarquable tandis que MLP sera aux côtés d'un conseil obligatoirement choisi par connivence politique et donc perfectible parce que d'autres, sans doute scandalisés autant qu'elle dans leur for intérieur, se garderaient bien de venir à son secours. 

Je ne doute pas une seconde que BHL saura, si on lui objecte que l'influence de Merah a été peut-être décisive sur le comportement de ces brutes malades, par un habile retournement démontrer que Marine Le Pen et Merah doivent être unis dans la même opprobre. 

A vous dégoûter donc de pourfendre, de dénoncer puisque, quand on s'appelle BHL, on triomphe sans gloire, on est vainqueur avant le match.

Publié dans Justice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article