Message aux 8.000 jeunes, lycéens et apprentis venus pour la Créateuf

Publié le par DA Estérel 83

BlogOfficielSR

 

Message aux 8.000 jeunes, lycéens et apprentis venus pour la Créateuf


Ségolène Royal à la Créateuf 2011 organisée par la région Poitou-Charentes

Voici le message adressé par Ségolène Royal aux lycéens et apprentis à l’occasion de la Journée des Talents :

Bonjour à toutes et à tous venus de toute la Région !

Vous êtes nombreux aujourd’hui, très nombreux : 8.000 jeunes, lycéens et apprentis venus de toute la région. 2.000 de plus que pour la Créateuf de l’année dernière.
Il paraît que des jeunes qui ont terminé leurs études ou les poursuivent ailleurs en faculté ont demandé s’ils pouvaient revenir à la Créateuf tellement ils avaient aimé les précédentes éditions.
Cette fête, j’ai voulu que ce soit votre fête.
Une fête de la culture qui mette en valeur tous vos talents, tous vos projets, tout ce que vous êtes capables de créer dans toutes les disciplines artistiques : la musique, la danse, le théâtre, le cinéma, la photo, les arts plastiques ou de la rue, la mode, le cirque, la création littéraire…
Tout ce que vous avez envie de partager avec toutes celles et tous ceux qui sont venus vivre ensemble cette belle journée qui vous met à l’honneur.

La Créateuf, en vous donnant l’occasion de vous produire dans des conditions professionnellesdevant un large public, c’est d’abord un témoignage de respect pour tout ce que vous avez accompli au cours de cette année.
C’est important, le respect.
Etre respecté, se respecter soi-même et respecter les autres, cela marche ensemble.
Une société qui méprise sa jeunesse ne peut en attendre, en retour, d’être respectée.
Vous ne voulez pas et je ne veux pas d’une société du mépris,
d’une société qui a peur des jeunes parce qu’elle a mauvaise conscience,
parce qu’elle est incapable de leur assurer à tous une éducation de qualité,
un métier motivant,
un emploi qui permet de construire sa vie,
un avenir qui donne envie de se dépasser.

On présente trop souvent les jeunes comme un problème mais vous n’êtes pas un problème ! Vous êtes une partie de la solution.
Vous êtes une chance pour la Région Poitou-Charentes et une chance pour la France. Une chance à ne pas gâcher.
Il est là, pour moi, le message de cette Créateuf.
Et j’ai envie de dire au pays : regardez ! Écoutez ! Soyez fiers de cette jeunesse qui crée, qui s’exprime, qui partage, qui bouge et qui va de l’avant.
Alors bravo à toutes et à tous pour cette belle énergie et cette belle démonstration.

Et merci à tous ceux qui, à vos côtés, sont mobilisés pour la réussite de cette journée : les équipes de la Région (qui n’ont pas beaucoup dormi depuis 2 jours), les animateurs culturels de vos établissements, les cuisiniers qui servent aujourd’hui 16.000 repas, les 400 stagiaires du BAFA et les 60 secouristes (dont la Région a financé la formation) qui vous accueillent, les agents de sécurité, les conducteurs des 3 TER « « spécial Créateuf » et des 64 bus qui vous ont permis de vous retrouver ici, que vous habitiez en ville ou en milieu rural.
Je crois que vous pouvez les applaudir car eux aussi méritent respect et reconnaissance.

Certains pensent qu’en période de difficultés économiques et sociales, la culture, c’est un peu superflu et pas vraiment prioritaire.
Eh bien moi, je crois exactement l’inverse.
D’où viennent les difficultés actuelles de la France, le chômage (des jeunes et des moins jeunes), la précarité, les inégalités croissantes, les salaires trop bas pour vivre dignement alors que les très riches sont de plus en plus riches, les services publics laissés à l’abandon ?
D’un vieux modèle qui a fait faillite, qui a causé une crise dont nous ne sommes toujours pas sortis et dont nous ne sortirons que si nous sommes capables de le remplacer par un nouveau modèle de développement et de société, plus juste, plus efficace, qui donne à tous et en premier lieu à vous, les jeunes, les raisons et les moyens de construire autre chose.
Non pas tous contre tous mais les uns avec les autres.
Pour en finir avec ce qui ne marche plus, avec les vieux schémas dépassés, avec les égoïsmes qui nous mènent dans l’impasse, il faut avoir l’audace d’être imaginatifs et d’inventer un autre avenir.
Cette audace, ce pouvoir d’imaginer, ce courage aussi, je crois que la culture les fortifie.
A condition qu’elle soit, comme nous le voulons ici, accessible à chacun, ouverte à tous les talents et affranchie de la barrière de l’argent.

Alors je sais bien : tout n’est pas rose, il y a pour beaucoup de jeunes la galère, les discriminations, les injustices et le désespoir qui, parfois, les accompagne.
Mais je vous le dis du fond du coeur : il y a mieux à faire que baisser les bras : oser autre chose.
Que ce soit dans l’histoire passée ou dans le monde d’aujourd’hui, c’est toujours la jeunesse qui contribue le plus activement à bousculer les habitudes et à changer les vieux mondes

Vous allez entendre ce soir, en concert, des groupes que vous avez choisis vous-mêmes.
Du rock et du reggae car ici, tous les styles sont les bienvenus.
Tous les mélanges aussi comme le hip hop et la danse classique.
L’un de ces groupes, lesDub’Inc, exprime très bien dans un de ses morceaux ce que je souhaite vous dire aujourd’hui :
« Et même si l’on perd certains de nos combats
On se remet en état, tout ça parce qu’on y croit
Ce ne sont pas les embûches qui font perdre la foi
A chacune d’entre elles, on se remercie d’être là
On s’accroche à la barre face à l’horizon (…)
Un monde à inventer chaque fois
Sortons des vieux schémas, nous pouvons faire d’autres choix ! »

Alors ayez confiance en vous, ne vous laissez pas abattre par les difficultés, forcez les portes qu’on vous ferme au nez et ne croyez jamais que c’est en écrasant les autres qu’on s’en sort.

Car il n’y a pas deux jeunesses, l’une qui serait vouée à la réussite et l’autre qui serait condamnée à l’échec.
Il n’y a qu’une jeunesse de France, quelle que soit l’origine de ses parents, quel que soit l’endroit où elle habite, quelle que soit la couleur de sa peau, quelles que soient sa religion ou ses convictions philosophiques, quels que soient son parcours de formation et le métier auquel chacune ou chacun se destine.
Ne renoncez pas à vos espérances car la France, pour se redresser, a besoin de vos indignations et de vos espoirs.

Je ne vous dirai pas démagogiquement que la jeunesse a toujours raison : ce n’est pas vrai.
Mais la société qui la méprise, qui la maltraite et qui se montre incapable de l’accueillir a toujours tort.
Je ne vous dirai pas démagogiquement que vous avez tous les droits : ce n’est pas vrai.
Vous avez aussi des devoirs et d’abord celui-là : réussir vos études car les armes du savoir vous aideront non seulement à trouver ou à créer votre emploi mais aussi à comprendre le monde et à agir sur lui.

Des droits et des devoirs, la société en a aussi à votre égard.
Elle a le devoir de vous équiper d’un solide bagage de formation et de vous ouvrir la porte : sur le marché du travail mais aussi, plus largement, dans tous les domaines de la vie et dans l’exercice d’une citoyenneté active.
Elle a le devoir de vous montrer l’exemple et de mettre ses actes en accord avec ses paroles et les valeurs qu’elle proclame, ce qui, je vous l’accorde, est aujourd’hui loin d’être le cas mais c’est cela, justement qu’il faut changer.
La société a aussi le droit (et à vrai dire le devoir) d’être exigeante à votre égard, d’attendre beaucoup de vous car c’est cela, vous respecter, vous faire confiance et vous donner les moyens de tracer votre route à votre tour.

C’est ce que nous avons choisi de faire en Poitou-Charentes et ce que je crois nécessaire, urgent même, à l’échelle du pays tout entier : faire de l’emploi des jeunes une grande cause nationale, de la culture un droit égal pour tous, de la démocratie une manière pour chacun de participer directement à l’orientation des choix communs.
Quand nous décidons de payer le permis de conduire à toutes celles et tous ceux qui ont réussi leur CAP ou leur bac pro, c’est pour apporter une réponse concrète aux besoins de mobilité de celles et ceux qui cherchent un travail et dont les familles ne peuvent assumer cette dépense.
Quand nous décidons de créer le Pass Contraception malgré les résistances et les conservatismes ici ou là, c’est pour que les jeunes filles ne soient pas victimes d’une grossesse précoce non désirée.
Quand nous inventons et mettons en place le Budget Participatif des Lycées, c’est pour vous associer directement aux décisions qui vous concernent afin de vous permettre de mieux vivre et de mieux travailler dans vos lycées.
Et lorsque, chaque année, nous vous donnons rendez-vous à la Créateuf, c’est pour donner à voir cette liberté d’expression et ce potentiel de création qui justifient la confiance que la Région place en vous et que tout gouvernement devrait placer en vous.

Alors bravo encore pour tous ces beaux projets dans lesquels vous vous êtes ardemment investis.
Et ne lâchez pas l’affaire : la France a besoin de vous pour repartir d’un bon pied.
Elle a besoin de votre franchise.
Elle a besoin de votre exigence et de votre vigilance pour se projeter à nouveau dans un avenir serein.
Car c’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le monde à la bonne température.
Quand la jeunesse se refroidit, le monde se glace.
Mais quand la jeunesse écoute son coeur, et sa volonté et repousse les barrières de l’impossible, c’est tout le pays qui se prend à nouveau à espérer.

Publié dans S.ROYAL

Commenter cet article