Longuet répond aux Inrocks. On ne rit pas...

Publié le par DA Estérel 83

Marianne2-copie-1

 

 

Une première dans l'histoire de la république : un communiqué - pathétique - du Ministre de la Défense, réagissant aux révélations du magazine Les Inrockuptibles qui évoque son séjour en Tunisie effectué aux frais du régime Ben Ali, affirme avoir pensé qu'il s'agissait d'un geste de relations publiques. La coupure entre les élites et le peuple vire à l'abîme.



Longuet répond aux Inrocks. On ne rit pas...

 

Gérard Longuet, vous le pensiez Ministre de la défense ? Sénateur de la Meuse, peut-être ?  Que nenni. 
L’ancien président du groupe UMP au Sénat est, en fait, un agent de relations publiques chargé d’assurer la notoriété des ports tunisiens. C’est lui-même qui l’avoue dans un communiqué  du Ministère de la défense. 

Réagissant aux révélations des Inrocks sur un séjour effectué en Tunisie aux frais de Ben Ali, l’actuel Ministre de la défense se lance dans une laborieuse démonstration : « L’AFP ayant indiqué que j’ai séjourné dans un palace tunisien en 2006 aux frais du régime tunisien, je tiens à préciser les faits suivants : au mois d’août de cette année là, après une traversée de quatre jours, en provenance du continent, sur mon voilier équipé par un ami, son fils et l’un de mes neveux, nous arrivons au port de Sidi Bou Saïd ». 

Emporté par l’émotion de son récit de voyage, Gérard Longuet omet de citer l’ami qui l’accompagne, le journaliste économique Jean-Marc Sylvestre. Au port, le Ministre est accueilli, par un responsable de l’Office du Tourisme.
 
Après deux  nuits dans le luxueux hôtel The residence à Gammarth, Gérard Longuet et Jean-Marc Sylvestre quittent les lieux. Divine surprise, « la réception m’annonce que je dois mes seuls frais de téléphone et de consommation, la chambre ayant été prise en charge par notre interlocuteur tunisien dont j’ai oublié le nom à ce jour ». 
Gérard Longuet évalue aujourd’hui le montant de cet avantage à environ 300 euros par personne. Passons sur les montants, certains événements récents nous ont montré que nos élus n’étaient pas à quelques zéros près. Sur les principes, Longuet décroche un sévère direct du droit pour se justifier : « J’ai considéré qu’il s’agissait d’un geste de relations publiques pour assurer la notoriété des ports tunisiens ».
 
Exempté du paiement d’une facture, un élu du peuple peut donc décréter de lui-même et assumer d’exercer des opérations de relations publiques. La coupure entre les élites et le peuple, tant débattue ces dernières semaines, vire à l’abîme…

D’autant plus que cette version est bien différente de celle donnée à l’agence Reuters : « on était deux, l'autre a pensé que c'était moi qui avait payé, moi j'ai pensé que c'était lui. Si on m'envoie une facture, je la paye de bon coeur. Deux cents euros, je ne vais pas passer la journée là-dessus », a dit Gérard Longuet. 

A leur décharge, Longuet et Jean-Marc Sylvestre ne sont de loin pas les seules personnalités du monde politico-médiatique à avoir profité des largesses du régime, connu pour arroser le tout-Paris.   
Comme pour mieux s’exempter de toute collusion avec le régime Ben Ali, Gérard Longuet conclut ce communiqué en avouant son ignorance  « En trente ans de carrière, je n’ai jamais évoqué le régime tunisien pour le combattre ou le soutenir estimant ne pas être suffisamment compétent sur ce sujet. En revanche, je le suis pour la navigation à voile ». 

Un appel du pied pour une prochaine affectation ministérielle ?

Publié dans Gouvernement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article