Les sous-préfectures en sursis jusqu'au printemps prochain

Publié le par DA Estérel 83

ActeursPublics

 

 

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a confirmé que le réseau des sous-préfectures ne resterait pas en l’état. Le gouvernement se donne jusqu’au printemps 2013 avant de trancher.

Fermera, fermera pas ? La question est désormais posée pour les 245 sous-préfectures. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a indiqué sur BFMTV ce 11 septembre que la réorganisation des préfectures et sous-préfectures se ferait au printemps 2013. “Des regroupements, des fermetures, mais aussi des ouvertures” sont à prévoir. “Il va y avoir une nouvelle étape de décentralisation”,“certains [services] seront regroupés”, d’autres “ouverts”, a expliqué le ministre, qui a rappelé toutefois l’importance des services de l’État dans certaines zones périurbaines ou rurales. “Très souvent, le symbole [de la présence de l’État], c’est la sous-préfecture. Nous allons donc prendre le temps avant de faire un certain nombre de propositions”, a-t-il estimé.

Depuis quelques mois, les sous-préfectures étaient dans le collimateur du ministre de l’Intérieur. En déplacement à Chartres début juillet, Manuel Valls n’avait pas exclu des réorganisations ou des fermetures de sous-préfectures.

Rapport de la Cour des comptes

“Il faut s’appuyer sur le réseau des préfectures et des sous-préfectures. Je sais qu’il y a des inquiétudes. Nous devons faire en sorte que la performance de l’État soit la plus optimum possible”, s’était justifié le ministre. Soucieux de se donner le temps de la réflexion, il s’était bien gardé de faire des annonces plus précises quant à d’éventuelles fermetures.


Trois mois plus tard, celles-ci ne font pourtant aucun doute. Dans son rapport annuel 2012,la Cour des comptes avait mis en cause le réseau des sous-préfectures, estimant que ce niveau infradépartemental de l’administration de l’État devenait “de plus en plus inconsistant”. Dans ses recommandations, la Cour préconisait “d’adapter la carte des arrondissements aux réalités sociodémographiques et administratives actuelles” et de“sortir des situations indécises sur l’avenir des arrondissements et des sous-préfectures les plus petits, en examinant leur situation concrète et en assurant la viabilité des sites maintenus”.

Un message reçu semble-t-il cinq sur cinq par Manuel Valls.

Xavier Sidaner

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article