Les militants communistes adoubent Mélenchon

Publié le par DA Estérel 83

Le Point

 

 

Pour la première fois depuis 1974, le PCF sera représenté, dans la course à l'Élysée, par un homme non issu de ses rangs.

Les militants communistes adoubent Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) a, sans surprise, été élu candidat du Front de gauche (FG) pour 2012 par les militants communistes, devenant ainsi le premier non-communiste à représenter le PCF à une présidentielle depuis François Mitterrand en 1974. C'est Marie-George Buffet, l'ex-numéro un du PCF, qui a annoncé dans un communiqué, samedi soir, les résultats, grillant la politesse à son successeur à la tête du parti, Pierre Laurent.

Dimanche matin, au siège place du Colonel-Fabien à Paris, Pierre Laurent n'avait plus qu'à confirmer : 59,12 % des votants ont validé l'"accord global", incluant la candidature de M. Mélenchon à la présidentielle, l'accord sur les législatives (près de 80 % des circonscriptions réservées au PCF) et le "programme partagé". Il s'est alors adressé par le biais des caméras "à Jean-Luc, désormais notre candidat" : "Tu peux compter sur nous (...) pour une grande et belle bataille unitaire, rassemblée", a-t-il dit, coupé en pleine phrase par la sonnerie de son téléphone qu'il a alors éteint en souriant. "Nous y veillerons ensemble", a prévenu Pierre Laurent, qui devrait prendre la tête du comité de campagne 2012, alors que Jean-Luc Mélenchon est souvent accusé d'agir en solo.

Entrée en campagne

Pour l'eurodéputé, le parcours du combattant pour sa désignation est donc terminé. Dans un communiqué, Martine Billard et Éric Coquerel (Parti de gauche) se sont réjouis : les militants du PG "sont fiers que le candidat" du FG "vienne de ses rangs", "il parlera à tous les citoyens pour qu'ils fassent naître la nouvelle République du partage et de la planification écologique". Il faut remonter à 1974, avec le soutien des communistes à François Mitterrand et au "programme commun", pour trouver une présidentielle sans candidat PCF. Depuis 1981 et Georges Marchais (15,3 %), le score du PCF a lourdement chuté : 6,7 % pour André Lajoinie en 1988, 8,6 %, puis 3,37 % pour Robert Hue en 1995 et 2002, avant le calamiteux 1,93 % de Marie-George Buffet en 2007. Après le 20 heures de TF1 dimanche, Jean-Luc Mélenchon (de 4 à 7 % dans les sondages) fera, dès lundi, son premier déplacement de candidat officiel pour "rencontrer les salariés en lutte de Fralib" dans les Bouches-du-Rhône. Le premier meeting de campagne commune aura lieu le 29 juin à Paris en plein air, entre les métros Stalingrad et Jaurès. Tout un symbole.

Avec une participation de 70 %, Pierre Laurent a salué le choix "net et massif" des militants, même si certains imaginaient l'ex-sénateur PS au-dessus des 60 % après la conférence nationale du 5 juin (63,5 % des délégués PCF). 48 631 communistes ont finalement participé à la consultation sur les 70 000 à jour de cotisations, alors que le parti en revendique 130 000. L'occasion pour André Gerin (PCF), qui s'était retiré de la course, de dénoncer un "résultat pas glorieux", malgré le "forcing" de l'appareil. Dans cette mini-primaire, l'"identitaire" parisien Emmanuel Dang Tran, opposé au Front de gauche, a recueilli un petit 4,1 %. Le député communiste du Puy-de-Dôme, André Chassaigne, a, lui, obtenu un bon 36,8 %, et semblait satisfait. "On a aujourd'hui un PCF en bon ordre de marche pour 2012", a-t-il dit à l'AFP, "convaincu que les communistes vont très largement se mobiliser", tout en mettant en garde contre "la politique spectacle". Pour Pierre Laurent, qui nie tout effacement du PCF par ce choix, le FG doit maintenant devenir "le coeur battant de la gauche" pour "mettre K6O Nicolas Sarkozy". Pour "une campagne de citoyens", pas de "fans", il a souhaité "faire de la campagne 2012 la place Tahrir et la Puerta del Sol de la politique française".

Publié dans Gauche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

viviane 19/06/2011 22:50


j'en était sûre !