Le "Nouvel Obs" interdit d'affichage à Marseille

Publié le par DA Estérel 83

LeMondePolitique

 

 

L'affiche du "Nouvel Observateur" retirée d'un kiosque présent sur la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône à Marseille.

 

Des publicités pour l'édition marseillaise du Nouvel Observateur, présentes dans de nombreux kiosques marseillais, ont été retirées à la suite d'un arrêté municipal. Affichant le visage de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées et candidate aux législatives dans la 5e circonscription de Marseille, l'édition est assimilable, selon la mairie, à de la propagande électorale.

Avec en couverture le titre : "Carlotti, le coup de poker de Hollande", l'édition marseillaise de l'hebdomadaire explique comment la nomination au gouvernement de cette élue vise  à "conquérir une circonscription serrée"  et à "ouvrir un nouveau cycle au sein d'une gauche marseillaise en pleine reconstruction".

Signé par Martine Vassal, adjointe au maire, Jean-Claude Gaudin, et par ailleurs chef du groupe UMP du conseil général des Bouches-du-Rhône, l'arrêté fait mention d'un "trouble à l'ordre public" pour justifier le retrait des affiches publicitaires pour ce supplément.

 

 

François Bazin, auteur des articles composant le supplément marseillais, est surpris par cette décision. "Le Nouvels Obs a déposé une demande en référé devant le tribunal administratif pour obliger la ville de Marseille à revenir sur cette décision, dit-il. La municipalité use de son pouvoir de police pour protéger un candidat [Renaud Muselier, UMP], par ailleurs adjoint au maire de la ville." 

Cet arrêté cause, selon le journaliste, "un préjudice fort, puisqu'il interdit de faire la publicité d'un numéro spécial". Il espère son annulation rapide. "Une couverture de presse n'a jamais été considérée comme un élément de propagande électorale, c'est du jamais-vu. Il n'y a pas d'appel à voter, ni d'indications quelconques", souligne François Bazin. Sur Twitter, Renaud Dély, directeur de la rédaction duNouvel Observateur, partage sa colère.

 

Publié dans Medias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article