Le laxisme n'est plus ce qu'il était...

Publié le par DA Estérel 83

CL11112010 Jacques Guyon  18/12/2010

 

 

Sale temps pour Brice Hortefeux ! Et cette fois, la neige n'y est pour rien. Même si on peut s'amuser de la façon dont le ministre de l'Intérieur a décidément bien du mal à proportionner les moyens engagés par ses services face à la poudreuse, lui qui en huit jours est passé du déni de «pagaille» au pré-positionnement des blindés, ce n'est pas de là que viennent les nuages qui s'accumulent sur sa tête. 

Si l'horizon s'assombrit pour Brice Hortefeux, c'est en raison d'un tout autre procès dans lequel il a été condamné hier par le tribunal de grande instance de Paris. Pour atteinte à la présomption d'innocence, il devra verser un euro de dommages et intérêts à David Sénat, ancien conseiller de Michèle Alliot-Marie au ministère de la Justice et 3.000 euros pour frais de procédure. Soupçonné d'avoir été la source d'articles dans l'affaire Woerth-Bettencourt, licencié du ministère et exilé en Guyane, le haut fonctionnaire avait porté plainte contre le ministre de l'Intérieur qui, sur RTL, l'avait désigné - sans citer son nom - comme coupable de ces fuites. Même si Brice Hortefeux a immédiatement fait savoir qu'il faisait appel de ce jugement, voici un sale coup pour ce vieux complice de Nicolas Sarkozy qu'on donnait encore premier ministrable lors du dernier remaniement. 

Un coup d'autant plus rude que la Justice avait à se prononcer hier sur le cas d'un récidiviste notoire: c'est en effet la deuxième fois depuis qu'il est entré au gouvernement que Brice Hortefeux se voit condamner. La fois précédente c'était pour «injure raciste» envers un militant UMP d'origine maghrébine sur lequel il avait cru pouvoir plaisanter. Là aussi Brice Hortefeux a fait appel. Mais si on se souvient qu'une plainte a été retirée au dernier moment suite à la circulaire illégale de son chef de cabinet sur les Roms, si on ajoute qu'une autre a été déposée par le journal Le Monde pour violation du secret des sources, on se dit que Brice Hortefeux n'en finit décidément pas de croiser le chemin des juges.

Est-ce que ceux-ci chercheraient à lui prouver qu'ils ne sont pas aussi «laxistes» qu'il ne le prétend régulièrement ? Est-ce que la Justice vient de lui faire payer ses propos inadmissibles après qu'il ait cru devoir soutenir des policiers condamnés pour faux témoignages ? On n'ose évidemment l'imaginer... Ce qui par contre va finir par devenir compliqué pour Nicolas Sarkozy, c'est de conserver encore longtemps un ministre Père-la-Morale qui accumule les condamnations et les plaintes. A moins évidemment que le président de la République n'estime que la condamnation d'hier sanctionne une faute somme toute vénielle. N'avait-il pas lui-même annoncé alors qu'il était ministre de l'Intérieur l'arrestation de «l'assassin du préfet Erignac» puis, devenu président, présenté les prévenus du procès Clearstream comme des «coupables» ?

Publié dans Justice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article