La hache de guerre est déterrée

Publié le par DA Estérel 83

CL11112010

 

 

Il est vrai qu'on a du mal à comprendre comment l'actuel secrétaire général de l'UMP peut jouer les vierges effarouchées en accusant Fillon de brûler les étapes alors que lui-même ne pense qu'à l'échéance de 2017.

 

C'était bien la peine qu'au lendemain de sa défaite, Nicolas Sarkozy ait réuni sa «famille» pour lui demander expressément de rester unie! Bien la peine que les ténors de l'UMP en aient bruyamment fait le serment promettant même une revanche dans les urnes au mois de juin! Il aura en effet fallu moins d'un mois pour que les ambitions personnelles remontent à la surface et que l'unité de façade se lézarde. 

Le Président défait, c'est maintenant l'UMP qui craque. La faute à Copé pour les uns. La faute à Fillon pour les autres. Le premier est accusé, en s'étant présenté comme le «chef de guerre» de la majorité, d'avoir été le premier à trahir l'engagement qu'il avait pris de jouer collectif. Le second est accusé rien de moins que de «briser l'unité» de l'UMP en pleine campagne législative. Qu'a donc fait le très convenable , le très austère, le très réservé Fillon pour mériter pareille indignité? Dans une interview à paraître ce week-end dans le «Figaro Magazine», il ose souligner que «depuis le départ de Nicolas Sarkozy, il n'y a plus à l'UMP de leader naturel». 

Une évidence? Une erreur de com'? Aurait-il mieux fait de «fermer sa gueule» comme l'a souligné hier avec une rare élégance le député sortant de Paris Bernard Debré? Des paroles malencontreuses comme l'espérait encore Alain Juppé. Apparemment pas, car hier matin sur RTL, il en a rajouté une couche en taclant sévèrement son meilleur ennemi. Ainsi Copé est-il accusé de faire preuve d'une belle «hypocrisie». 

Il est vrai qu'on a du mal à comprendre comment l'actuel secrétaire général de l'UMP peut jouer les vierges effarouchées en accusant Fillon de brûler les étapes alors que lui-même ne pense qu'à l'échéance de 2017 en se rasant chaque matin depuis des années. Depuis hier matin et son interview sur RTL, on a donc la certitude (s'il en était besoin) que Fillon n'a pas gaffé. 

Fillon dangereux récidiviste: cela n'a pas échappé à l'ancienne garde des Sceaux. Très grande amie elle aussi de l'ancien locataire de Matignon (surtout depuis que celui-ci est venu lui souffler l'investiture à un fauteuil sur mesure à Paris), Rachida Dati en profite pour remontrer ses crocs. L'attitude de Fillon? «Déloyale», «désagréable», «ingrate»... 

Plus mesurés, certains à l'UMP ne comprennent pas pourquoi Fillon s'est déclaré si tôt à la candidature de la direction de l'UMP. Hier, les mêmes ne comprenaient pas comment il avait pu pendant cinq ans supporter l'ombre portée de Sarkozy... Et si Fillon venait tout simplement de s'affranchir de ce quinquennat de frustrations et de fendre l'armure? 

Le sondage BVA-PQR-RTL que nous publions aujourd'hui et qui montre que les Français mais aussi les sympathisants UMP le placent largement devant Copé pour prendre la tête du parti ne va certainement pas lui couper ses toutes nouvelles ailes.

Publié dans UMP

Commenter cet article