Hollande et le syndrome du comité Théodule

Publié le par DA Estérel 83

CL11112010

 

 

François Hollande, une commission par jour? Pas tout à fait, mais la frénésie élyséenne de «concertations» tous azimuts entamée par les conférences sociales et éducatives, avec à la clé la constitution de nombre de groupes de travail ad hoc, commence à susciter la critique jusque dans la nouvelle majorité. Personne ne contestera les compétences du Pr Didier Sicard chargé hier d'animer des débats publics sur la façon de concrétiser la proposition du candidat Hollande d'une «assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité».

La question du passage historique pour la France à une euthanasie active très encadrée par la loi est suffisamment sensible dans l'opinion pour être l'objet d'une grande prudence. Il en va tout autrement de la Commission Jospin «de rénovation et de déontologie de la vie publique» chargée de proposer, d'ici novembre, des réformes sur le statut juridictionnel du chef de l'État, les conflits d'intérêts, le non-cumul des mandats ou encore l'introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives. 


Tous les thèmes soumis à la commission Jospin ont en effet déjà été abondamment défrichés à gauche comme à droite, avec au final peu de réformes à la hauteur des promesses initiales des candidats Mitterrand, Chirac et Sarkozy. En campagne, François Hollande avait ainsi fait une priorité du non-cumul des mandats exécutifs nationaux et locaux inscrit à l'agenda du PS depuis... 1990. Pourquoi réfléchir encore sur cette question avant d'agir? 

Très en phase avec l'Élysée, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault se fait l'avocat d'une méthode privilégiant une culture sociale-démocrate du «compromis» qui ne serait pas encore inscrite dans les gènes de la vie politique française. Mais il reconnaît aussi la difficulté d'une mise en application stricte et rapide d'un non-cumul qui amènerait nombre de parlementaires de gauche à devoir faire un choix cornélien dans la perspective des municipales de 2014.

«Si vous voulez enterrer un problème, créez une commission» conseillait déjà Clemenceau alors que de Gaulle ironisait à sa suite sur la prolifération et l'inutilité des «comités Théodule». En mettant sur pied la commission Jospin, juste après avoir imposé la nomination de Jean-Pierre Jouyet à la Caisse des dépôts, François Hollande sème le trouble dans sa majorité parlementaire qu'il avait promis d'associer pleinement aux réformes. Et avec la multiplication des comités Théodule, le chef de l'Etat alimente de fait une réputation peu enviable de champion de l'attentisme et de l'esquive que le primat de la concertation ne peut suffire à justifier.

Publié dans HOLLANDE

Commenter cet article