Hollande a dopé le moral des Français

Publié le par DA Estérel 83

L'Expension

 

 

Au mois de mai, la confiance des Français quant à la situation économique du pays a fait un bond de 20%, selon un sondage. Signe de l'état de grâce dont bénéficie le chef de l'État.

CONFIANCE - Trois semaines après l'élection de François Hollande, le moral des Français s'est amélioré.
CONFIANCE - Trois semaines après l'élection de François Hollande, le moral des Français s'est amélioré.
REUTERS/Regis Duvignau

Le moral économique des Français s'est très fortement amélioré en mai, trois semaines après l'élection de François Hollande, selon un sondage diffusé jeudi qui montre qu'une majorité de Français sont plus confiants surl'avenir économique du pays. Selon le baromètre de l'économie BVA-Avanquest software pour Challenges, BFM TV et BFM Business, 53% des sondés se sont déclarés "plutôt plus confiants" concernant l'avenir de la situation économique en France, soit une hausse de 20% par rapport au mois précédent. A l'inverse, 44% des répondants s'estiment "plutôt moins confiants".

Plus que l'amélioration du climat économique, c'est sans doute la réussite perçue des premières semaines de la nouvelle équipe présidentielle française qui explique cette remontée du moral des Français, affirme les auteurs du baromètre. "Avec un retard d'un mois sur son prédécesseur, dont l'état de grâce avait succédé immédiatement à son élection, François Hollande semble parvenir lui aussi, et avec moins de promesses, à doper le moral de nos concitoyens", précise Gaël Sliman, Directeur général adjoint de BVA.

Cette embellie est largement portée par les sympathisants de gauche qui se sont déclarés très majoritairement confiants concernant l'avenir économique du pays (82%). Ils n'étaient que 54% après l'élection de François Hollande. Parmi les sympathisants de droite, seuls 8% des sondés se sont estimés confiants, contre 90% "plutôt moins confiants". Interrogés quant à leur souhait de voir la Grèce rester ou non dans la zone euro, 65% des personnes interrogées ont répondu par l'affirmative. En revanche, 32% s'y sont déclarés opposés. En avril 2010, 76% des Français estimaient qu'il ne fallait pas exclure la Grèce de la zone Euro, rappelle l'institut BVA.

L'enquête a été réalisée les 30 et 31 mai 2012, auprès d'un échantillon de 1.184 individus de 15 ans et plus, recrutés par téléphone et interrogés par Internet (méthode des quotas).

Publié dans HOLLANDE

Commenter cet article