Fitch dégrade l'Espagne, la France conserve son triple A

Publié le par DA Estérel 83

L'Expension

 

 

L'agnece de notation financière a abaissé de trois crans la note souveraine de l'Espagne, pays au coeur de la crise de la dette en zone euro. Elle juge en revanche que la France mérite toujours son triple A.

L'agence Fitch Ratings, à New York.
L'agence Fitch Ratings, à New York.
REUTERS/Jessica Rinaldi

Fitch a dégradé ce jeudi la note de l'Espagne de trois crans, de A à BBB, et l'a assortie d'une perspective négative, signifiant qu'elle pourrait à nouveau dégrader ce pays au coeur de la crise de la dette de la zone euro. Parmi les raisons évoquées par Fitch figure le "coût budgétaire d'unerestructuration et d'une recapitalisation du secteur bancaire espagnol", estimé par l'agence à environ 60 à 100 milliards d'euros, et la récession dans laquelle l'Espagne est engluée.

Sur la base d'un coût de 60 milliards, la dette publique brute de l'Espagne pourrait exploser à 95% du produit intérieur brut en 2015, explique l'agence dans un communiqué. En outre, "l'Espagne devrait rester en récession jusqu'à la fin de l'année et en 2013, alors que dans sa précédente prévision Fitch s'attendait à ce que son économie bénéficie d'une reprise modérée en 2013", ajoute-t-elle. La dette publique espagnole est désormais à deux crans d'être considérée comme spéculative.

Fitch Ratings a également réitéré sa menace de dégrader la note souveraine des Etats-Unis l'an prochain si Washington ne parvient pas à réduire ses déficits et à mettre en place un plan de réduction de sa dette. "Les Etats-Unis sont le seul pays (parmi ces quatre principaux pays notés AAA) qui n'a pas un plan de réduction du déficit budgétaire crédible" et dont le ratio dette-PIB devrait augmenter à moyen terme, a déclaré Ed Parker, responsable notes souveraines chez Fitch.

L'agence de notation a en revanche jugé que la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et d'autres pays bénéficiant de la note AAA disposaient de plans budgétaires "crédibles".

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article