Dossier: en Espagne, la révolte enfle et le PSOE chute

Publié le par DA Estérel 83

Marianne2-copie-1

 

 

 

Depuis le 15 mai, les jeunes Espagnols se réunissent sur la Puerta del Sol pour manifester de leur mécontentement. Ils mettent en cause la politique d'austérité du gouvernement. Et les conséquences se sont rapidement faites ressentir dans les urnes: dimanche dernier, le PSOE a essuyé une lourde défaire lors des élections municipales.



( Dessin : Louison )
( Dessin : Louison )
Espagne: une révolte citoyenne pour sanctionner la politique d'austérité, par Laurent Pinsolle
Dimanche, les socialistes au pouvoir en Espagne ont essuyé une défaite lors des élections municipales. La révolte citoyenne en marche depuis plusieurs jours a porté ses fruits, sanctionnant la politique d'austérité socialiste. Laurent Pinsolle explique cette fronde populaire par la régression sociale qui sévit en Europe, en Espagne et en Grèce tout particulièrement. 

La #spanishrevolution est-elle en marche ?, par Régis Soubrouillard
Depuis, le 15 mai, tous les soirs, des milliers de jeunes, vieux, précaires, chômeurs sont descendus dans les rues, se réunissant sur la Puerta Del Sol de Madrid pour protester contre la corruption, le chômage, le bipartisme. Un mouvement de protestation qui a pris son essor et s'est largement structuré grâce aux réseaux sociaux. Refusant toute récupération politique, le mouvement a largement servi les conservateurs lors des élections locales. 

Le modèle islandais fait école près des jeunes Espagnols, par Flore Vasseur
Les Espagnols, descendus dans la rue, campent Puerta del Sol à Madrid. Les organisations citoyennes, Democracia Real Ya en tête, veulent préserver les principes démocratiques de leur pays, estimant qu'ils ont été mis à mal. Flore Vasseur fait un petit tour d'horizon des revendications.

Après la gauche espagnole, à qui le tour d'être victime de l'euro?, par Claude Nicolet
Dimanche, la gauche espagnole a essuyé un revers cinglant aux élections régionales et municipales. Un vote qui sonne comme une sanction après la forte mobilisation des jeunes « indignados ». Claude Nicolet, historien et premier secrétaire du MRC Nord, explique comment le symptôme espagnol pourrait contaminer l'Europe si le fonctionnement de la zone euro n'était pas revu.

Publié dans Etranger

Commenter cet article