Comment Frédéric Lefebvre a réussi à me faire voter (contre lui)

Publié le par DA Estérel 83

Rue89

 

 

Marc Tibo | Français de l'étranger

 

 

Je ne souhaitais pas voter pour ces législatives. Neuf candidats déclarés à explorer, c’est beaucoup trop pour quelqu’un qui fait régulièrement des journées de dix à quatorze heures de travail. Lancement de société et de nouveaux produits, cela occupe bien mon espace temps.

Pour participer assez fréquemment à la vie civique et politique de ce côté-ci du monde, je pense que se faire une idée assez objective d’un candidat et de son programme demande entre cinq et dix heures de recherche sur Internet, en fonction du CV des uns et des autres.

Sauf si l’un des candidats en question ne respecte les règles les plus élémentaires liées aux envois de messages courriels.

Recevoir un e-mail par jour de Frédéric Lefebvre, candidat sur la circonscription des Etats-Unis et du Canada, c’est déjà beaucoup, mais deux, c’est trop. Alors bien sûr, comme le veut la loi, j’ai bien entendu la possibilité de « résilier mon abonnement » (encore eut-il fallu que je m’abonne en premier lieu, le fait de m’être inscrit sur les listes électorales de ma circonscription semble m’avoir offert de facto le privilège d’abonnements à gogo). C’est là que tout s’envenime.

« Pig »

Après trois tentatives pour me faire « délister » de la base de données de ce monsieur, je lui envoie personnellement un e-mail le 30 mai :

« I said I wanted out of your mailing list. You just lost my vote. Receiving one email a day is way too invasive. »

(« J’ai dit que je ne voulais plus être dans votre mailing list. Vous venez de perdre mon vote. Recevoir un e-mail par jour est beaucoup trop envahissant. »)

Puis le 31 mai :

« I’m begging you, for the last time TAKE ME OUT OF YOUR LIST. Next time I receive an email from you, I will sue you. »

(« Je vous supplie, pour la dernière fois, OTEZ-MOI DE VOTRE LISTE. La prochaine fois que je reçois un e-mail de votre part, je vous intente un procès. »)

Enfin, le 5 juin, je craque un peu…

« PIG. »

(« cochon. »)

« Vote utile »

Je me suis posé la question ce matin : qui pouvait être aussi abruti que cela pour ne pas comprendre que « non » c’est « non » ? C’est pourtant tellement simple de mettre à jour ses listes « d’abonnés ». J’ai l’impression d’avoir affaire à un « malotru narcissique » qui n’en a tout simplement rien à faire de moi.

Donc, chère madame Narassiguin [en tête au premier tour le 3 juin, ndlr], voilà comment vous êtes devenu l’heureuse bénéficiaire de mon vote « utile ».

CLIP DE CAMPAGNE DE FRÉDÉRIC LEFEBVRE

Publié dans Elections

Commenter cet article