Cher Guy Forget

Publié le par DA Estérel 83

Les Inrocks   

La (mauvaise) humeur de Christophe Conte

 

 

 

 

 

Guy Forget (Grigory Dukor/Reuters)

 

Cher Guy Forget,

Au classement ATP de l’égoïsme, tu es numéro 1. Une place qui lorsque tu étais joueur dans le circuit officiel t’aura toujours échappée. Te voilà donc avec une casquette supplémentaire, après celles de tennisman, entraîneur, consultant télé et radio, directeur du tournoi de Bercy, membre du comité de pilotage de Roland-Garros et homme-biscotte pour Heudebert. Tu t’improvises désormais conseiller fiscal, expert en filouterie de type helvétique, ton exil de longue date au pays des vaches grasses te donnant il est vrai une certaine autorité en la matière.

Dans Le Monde, un samedi polaire où les centres d’hébergement menaçaient d’imploser, tu déclarais ainsi « les joueurs sont à l’étranger huit mois par an, ils gagnent donc l’essentiel de leurs revenus hors de France, et il faut savoir que quand ils gagnent un million d’euros en France, ils en laissent 500 000 aux impôts ». Puis, d’un coup droit magistral, tu ajoutais : « On veut leur faire un procès parce qu’ils n’ont envie de payer que 30 % d’impôts aux Etats-Unis ou en Suisse (…) et ce alors qu’ils sont tout le temps à l’étranger. »

Tu aurais pu faire un peu d’humour, parler de racket du tennis, mais j’oubliais qu’à l’image de tes performances souvent ennuyeuses tu étais, même autrefois, aussi marrant qu’une chaise d’arbitre. Maintenant, sur le fond (de cours), tu n’as pas tort. Quels sont les abrutis qui ont donc été nous organiser des compétitions à Melbourne, Londres, New York ou Miami, obligeant nos pauvres ressortissants à s’expatrier si souvent loin de leurs terres ? Pourquoi oblige-t-on tant d’athlètes, formés dans les écoles françaises financées par les impôts, à s’arracher si souvent à leur patrie adorée ? Je comprends bien qu’avec tout ce stress, ils aient besoin de chocolat et de l’air des alpages.

Je t’embrasse pas, j’ai une déclaration à remplir.

Christophe Conte

Publié dans Billet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article