Carnage d'Aurora: le bon père de famille et les marchands d'armes

Publié le par DA Estérel 83

ObjectifWAS

 

 

315 millions d'Américains détiennent 300 millions d'armes à feu. Au cours de son premier mandat, Barack Obama a plus assoupli la législation sur le port d'armes aux Etats-Unis que durant les 8 années de son prédécesseur. Au lendemain de l'attaque la plus meurtrière jamais perpétrée aux Etats-Unis par un individu armé, c'est l'une des questions les plus épineuses de la politique américaine qui s'invite dans la campagne électorale. Un débat dont les deux candidats en lice se seraient bien passés.


Points de repère: 


  • Population américaine: 315 millions
  • Nombre de foyers possédant une arme: 47 à 53 millions
  • Nombre d'adultes possédant une arme: 70 à 80 millions
  • Nombre total d'armes à feu détenus par les Américains: 300 millions dont 100 millions d'armes à poing
  • Augmentation de la criminalité à Chicago impliquant des armes à feu depuis le 1er Janvier 2012: +38%
  • Nombre d'Etats américains autorisant le port d'arme à feu sans justification: 40
  • 9 Etats réclament une justification avant de délivrer un permis de port d'armes à feu
  • 1 Etat interdit le port d'armes à feu: l'Illinois (où sévissent rien qu'à Chicago 90 000 gangs pour 3 millions d'habitants)
(Sources: NRA, Justfact, Gallup) 


La coïncidence est à la fois sinistre et révélatrice. Barack Obama menait campagne à Tucson, en Arizona, lorsque le massacre perpétré par l'étudiant en médecine de 24 ans James Holmes, lors de la première du nouveau Batman dans un cinéma d'Aurora, dans le Colorado, l'a rattrapé. C'est en effet à Tucson que le 8 Janvier 2011, la Représentante (Démocrate) Gabrielle Giffords a été atteinte d'une balle dans la tête lors d'une fusillade survenue au cours d'un meeting en plein air, où 6 personnes ont trouvé la mort.  

DEUIL NATIONAL  

Le président a délivré une adresse solennelle à la nation qui est officiellement en deuil durant six jours et où tous les drapeaux sont en bernes, tandis que sur les 59 personnes atteintes par la fusillade, 11 luttent actuellement contre la mort. Dans son discours, Barack Obama a mentionné ses deux enfants, Malia et Sasha, pour souligner sa solidarité avec les familles endeuillées et les jeunes victimes. « Aux familles de ceux que nous avons perdu; à tous ceux qui les appelaient des amis; aux étudiants de cette université, aux officiers réunis ce soir, et aux gens de Tucson et de l'Arizona: Je suis venu ici ce soir en tant qu'Américain qui, comme tous les Américains, s'agenouille pour prier avec vous aujourd'hui, et sera à vos côtés demain » a t-il déclaré. « Il n'y a rien que je puisse dire que fermera le trou ouvert soudain dans vos cœurs. Mais sachez ceci: les espoirs d'une nation sont ici ce soir. Nous pleurons avec vous pour ceux qui sont tombés. Nous vous rejoignons dans votre chagrin. Et nous unissons notre foi à la vôtre pour que la Représentante Gabrielle Giffords et les autres victimes survivantes de cette tragédie s'en sortent. »

LACHETE 

Riposte de nombreux médias dans la journée de Samedi, à l'instar de celle du New York Daily News ce soir: « La déclaration d'Obama était une esquive. Avec tout le respect dû, la position présidentielle aurait dû être de se prononcer pour un contrôle renforcé des armes à feu, si ce n'est pour l'interdiction des armes d'assaut. Dans sa juste colère, Obama aurait dû confronter la puissance politique de la NRA (la National Rifle Association, le lobby des armes à feu, NDA) malgré les sondages qui montrent un fort sentiment contre le rétablissement de l'interdiction.  »

OBAMA A AUTORISÉ LE PORT D'ARMES DANS LES PARCS ET LES TRAINS

La fusillade meurtrière d'Aurora est la quatrième du genre intervenue depuis l'entrée en fonctions de Barack Obama, après celles de Binghamton (New York) en 2009, Fort Hood (Texas) la même année et Tucson (Arizona) en 2011. Pourtant, comme le souligne la chaine d'informations ABC, « le président Obama a été remarquablement silencieux sur la question du contrôle des armes à feu au cours de sa présidence ». 

LA COLERE DE MICHAEL BLOOMBERG CONTRE LE POUVOIR 

Mais peut-être le fait le plus parlant est qu'il a assoupli plus de législations anti-armes au cours de ses quatre années de mandat que son prédécesseur, George W. Bush, au cours de ses huit années à la Maison Blanche. Le champion de la lutte contre le port individuel des armées à feu aux Etats-Unis, le maire indépendant de New York Michael Blommberg, a déclaré hier au Washington Post: « Les mots apaisants sont gentils. Mais il est peut-être temps que les deux personnes qui veulent être président des États-Unis se lèvent et nous disent ce qu'ils vont faire à ce sujet, parce que c'est évidemment un problème à travers le pays. » (Notre Vidéo ci-dessus) 

"JE NE VOUS ENLEVERAI PAS VOS ARMES" 

Le problème, rappelle le quotidien, est que durant sa campagne électorale de 2008, Barack Obama a déclaré: « Je ne vous enlèverai pas vos armes à feu. » Une fois élu, le président à même passé plusieurs lois, autorisant le port d'armes dans les Parcs nationaux ou dans les trains Amtrak (la plus grande compagnie ferroviaire américaine). Il n'a pas appuyé la proposition d'interdire la détention d'armes lourdes, au grand dam de son Procureur général à la Justice, Eric Holder, blâmé pour avoir souhaité le contraire. Après la tentative d'assassinat sur la personne de la Représentante Giffords, elle-même favorable au respect du port d'armes, il n'a pas fait allusion au problème et n'est pas revenu dans la région au cours des mois suivants.  

SOUMISSION AU LOBBY DES ARMES 

Barack Obama n'a subit aucune pression du camp Démocrate, convaincu que la défaite d'Al Gore, en 2000, est en partie due à son opposition aux législations favorables aux termes du Second Amendement de la Constitution américaine, qui garantie à tout citoyen le droit de porter une arme à feu pour se défendre et pour faire régner l'ordre. Il faut préciser que le très puissant lobby américain des armes à feu, sous la bannière de la National Riffle Association, compte pas moins de 4,3 millions de membres, et que même si le financement des Démocrates par la NRA est très largement inférieur à celui des Républicains, ceux-ci ne refusent pas ses dons.

6000 MUNITIONS... PAR INTERNET

Vidéo: Mitt Romney vendredi à Aurora, Colorado, « Il y aura la justice pour ceux qui sont responsables, mais c'est une autre question pour un autre jour. Aujourd'hui, c'est un moment pour pleurer et pour se souvenir, pour tendre la main et pour aider, pour apprécier les bénédictions de la vie. Chacun de nous tiendra ses enfants un peu plus près, s'attardera un peu plus de temps avec un collègue ou un voisin, tendra la main à un membre de la famille ou à un ami. Nous allons tous passer du temps à penser un peu moins aux soucis de nos jours et plus de temps à s'interroger sur la façon d'aider ceux qui sont dans le besoin de la plus grande compassion. » 

Depuis vendredi, rien n'a changé dans la position de l'actuel président vis à vis de la législation. « Le président croit que nous devons prendre des mesures de bon sens qui protègent les droits du Second Amendement pour les Américains tout en veillant à ce que ceux qui ne devraient pas avoir d'armes en vertu des lois existantes ne les obtiennent pas » a déclaré sobrement le Responsable du Service de presse de la Maison Blanche, Jay Carney, aux journalistes présets à bord d'Air Force One vendredi. « Nous faisons des progrès à cet égard en termes d'amélioration du volume et de la qualité de l'information sur les vérifications des antécédents, mais je n'ai rien plus à ce sujet pour vous. » 

En effet. Le jeune étudiant James Holmes a perpétré son massacre équipé d'un fusil d'assaut AR-15, l'une des quatre armes en sa possession et a acheté en toute légalité ses 6000 munitions sur internet. Si la seule mesure prise par l'administration Obama en matière de contrôle des armes est une vérification renforcé des antécédents des acheteurs potentiels (une procédure relativement simple qui permet l'obtention d'un permis en quatre semaines environ), d'ailleurs soutenue par Mitt Romney, elle trouve là, dans la terrible réalité, l'expression de ses limites. Mieux (ou pire): avant 2004, James Holmes n'aurait pas pu acheter son fusil d'assaut en vertu de la loi qui, jusqu'alors, bannissait l'achat de ce type d'armes par des individus. Mais cette loi, votée sous Bill Clinton en 1994, avait une durée de dix ans. Et elle n'a jamais été ni reconduite ni réactualisée.  Il existe pas moins de douze usines de fabrication de ce type d'armes lourdes actuellement à travers le pays, lesquelles peuvent contenir en moyenne 90 balles de gros calibre

Or, parmi les mesures qu'il a prises au cours de sa présidence pour atténuer les remous causés par le renforcement de la vérification des antécédents des personnes souhaitant se procurer une arme à feu, Barack Obama a autorisé la destruction des fichiers une fois l'approbation délivrée. Il faut savoir que dans la plupart des Etats, cette vérification se borne à vérifier si le candidat a séjourné dans un établissement psychiatrique au cours des cinq années précédant sa demande, et que la seule obligation est de prendre quelques cours dans un établissement d'apprentissage de tir







EDITION SPECIALE SUR CBS SAMEDI SOIR

Publié dans Etranger

Commenter cet article