Bernard Debré : "Ce n'est pas Taubira qui est attaquée par l'UMP, ce sont ses décisions"

Publié le par DA Estérel 83

LeMondePolitique

 

 

Le député UMP de Paris, Bernard Debré, dimanche 27 mai, lors de l'émission " Internationales ", diffusée sur TV5-Monde et RFI en partenariat avec Le Monde.

 

 Le député UMP de Paris, Bernard Debré, s'est clairement démarqué dimanche 27 mai, lors de l'émission "Internationales", diffusée sur TV5-Monde et RFI en partenariat avec Le Mondedes attaques dont a fait l'objet dans les rangs de l'UMP, la ministre de la justiceChristiane Taubira, depuis sa nomination au gouvernement.

"JE N'ATTAQUERAI JAMAIS MME TAUBIRA EN TANT QUE PERSONNE"

"Madame Taubira est une femme de bien, elle est une femme intelligente. Je n'attaquerai jamais madame Taubira en tant que personne", a affirmé l'ancien ministre de la coopération dans le gouvernement d'Edouard Balladur, pour qui"tout ce qui, de près ou de loin, peut faire penser à du racisme est insupportable".

"Ce n'est pas elle qui est attaquée, c'est à travers elle les décisions qu'elle peutprendre sous l'impulsion de Jean-Marc Ayrault", a-t-il ajouté, en référence à l'annonce de Mme Taubira sur la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs.

Réagissant aux propos de Jean-François Copé qui a déclaré : "Quand on vote Front national, on a la gauche et on a Taubira", M. Debré a estimé que la ministre n'était pas attaquée à cause de sa couleur de peau. "Jean-François Copé est tout sauf raciste", assure Bernard Debré. "Si quelqu'un chez moi est raciste, je vais luicasser la gueule", a-t-il lancé suite aux réactions du PS, jugeant "assez limites" les critiques de la droite contre la garde des sceaux.

 

 

"INQUIET POUR LES SOLDATS QUI VONT RESTER" EN AFGHANISTAN

M. Debré juge par ailleurs "pas très glorieux" qu'en Afghanistan, les soldats français soient protégés par les Américains. Revenant sur la promesse deFrançois Hollande de rapatrier les troupes combattantes françaises de ce pays fin 2012, il s'est dit "inquiet pour les soldats qui vont rester" "Je suis inquiet : les soldats restant seront protégés par qui ?", s'est indigné Bernard Debré. D'après lui, les soldats américains superviseront les soldats français. 

 

 

"IL Y A EU UN REJET DE SARKOZY DANS NOS RANGS"

Celui qui est candidat aux législatives dans la 15e circonscription de Paris est également revenu sur la défaite de son camp à la présidentielle. "Cette campagne présidentielle a été très particulière, a-t-il admis. Il y a eu un rejet de Nicolas Sarkozy, on l'a senti à droite, dans nos rangs."

 

 

GUERRE DES CHEFS "MORTIFÈRE" À L'UMP

Bernard Debré "ne soutient personne" dans la bataille pour la direction de l'UMP, après avoir critiqué les propos de François Fillon pointant l'absence de "leader naturel" dans le parti dirigé par Jean-François Copé. "Cette dualité est mortifère", juge le député.

Ce dernier n'a pas caché avoir été surpris par la déclaration "précipitée" de François Fillon. "On ne peut pas investir l'opinion de droite en divisant la droite", a estimé M. Debré, qui avait toujours pris soin de se tenir à égale distance entre le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, et l'ancien premier ministre.

 

 

DATI À SA PLACE À LA JUSTICE ? "JOKER" 

Pour Bernard Debré, la parité est "une fausse bonne idée""Il faut que les gens soient à leur place", a-t-il expliqué. A la question de savoir si Rachida Dati avait été à la sienne au ministère de la justice, le député a répondu "joker".

 

 

HOLLANDE À L'INTERNATIONAL ET L'ACTUALITÉ "CHEESEBURGER"

L'ancien ministre a enfin fustigé les premiers pas internationaux de François Hollande : "Vous voulez rire, l'actualité [internationale], c'est le cheeseburger ?"Sur le "dossier croissance" défendu par François Hollande, il s'est demandé si, de toute façon, quelqu'un pouvait être "contre la croissance".

 

 

Publié dans UMP

Commenter cet article