Alerte canicule et... pénurie de médicaments !

Publié le par DA Estérel 83

Marianne2

 

 

Chaque été, des malades éprouvent toutes les peines du monde à se faire délivrer leurs médicaments. En cause : des ruptures d’approvisionnement. Et la recherche de la rentabilité...


(Rex Features/REX/SIPA)
(Rex Features/REX/SIPA)
Avec un peu de chance, la production reprendra avant… 2014. Depuis le mois de mai, impossible de se procurer une dose d’Immucyst, un médicament prescrit dans le traitement des cancers de la vessie. L’unique site de production, une usine Sanofi-Pasteur située au Canada, en a arrêté la distribution en raison de problèmes industriels. Pour les 40.000 personnes souffrant de ce cancer en France, l’annonce de cette nouvelle a été rude. 

Une partie du stock tampon français – 12.000 doses – a fini par être débloquée début juillet. Reste que les quantités mises à disposition des malades demeurent limitées. « Nous devrions tenir 3 mois avec ce stock », explique Patrick Coloby, président de l’Association française d’urologie (AFU)« Nous sommes obligés de nous adapter à une situation imposée ». Une alternative thérapeutique, à savoir un médicament similaire produit par un autre laboratoire pharmaceutique, a été mise en place et des recommandations temporaires ont été édictées par les professionnels. Pas de quoi véritablement rassurer les patients. « C’est une crise sanitaire grave, la situation ne se débloque pas », s’inquiète l’un d’eux, malade depuis 2009 et ne supportant que le produit de Sanofi-Pasteur. 

Le cas de l’Immucyst est, hélas, loin d’être une exception. Depuis quelques années, en France, les pénuries de médicaments se généralisent. L’été dernier, TRT-5, un groupe d’association de lutte contre le sida, tirait la sonnette d’alarme, constatant qu’un grand nombre de malades se trouvaient dépourvu d’anti-rétroviraux. Si des problèmes de fabrication peuvent, de fait, expliquer une partie des pénuries, ce n’est pas la principale raison. Cherchez plutôt du côté de la recherche de la rentabilité à tout crin…

«TANT PIS S’IL N’Y EN A PLUS LE 15 DU MOIS»

« Les laboratoires pharmaceutiques peuvent souhaiter contrôler les volumes de médicaments vendus sur le territoire national à prix administrés ainsi que leur exportation, afin d’éviter que ces exportations ne viennent leur faire concurrence dans d’autres Etats membres de l’Union européenne où ils commercialisent également leurs médicaments et où les prix seraient supérieurs à ceux appliqués en France », peut-on lire dans un avis rendu cet été par l’Autorité de la Concurrence

Plusieurs centaines de spécialités pharmaceutiques feraient ainsi l’objet de contingentement de la part des labos. « Ils veulent contrôler le marché en instaurant des quotas », explique un pharmacien francilien. « Ils décident de fournir tant de doses d’un médicament pour la France sur un mois donné. Et tant pis s’il n’y en a plus le 15 du mois. On ne peut plus travailler comme ça, cela déstabilise complètement la filière du médicament », poursuit le pharmacien, qui croit de plus en plus difficilement aux excuses de « problèmes de fabrication ». 

Vient se greffer à ce contingentement la possibilité donnée aux grossistes-répartiteurs de pratiquer « l’exportation parallèle ». Selon la loi, ces derniers ont une obligation de service public de stockage de 90% des médicaments. Les 10% restants peuvent être exportés dans des pays où ils sont vendus à un prix plus intéressant. 

« En France, une boîte de 30 comprimés d’Atarax 25 mg se vend 3,46 euros », note Serge Rader, pharmacien spécialiste des prix du médicament, obligé de retourner ciel et terre pour trouver la spécialité. « En Italie, une boîte de 20 comprimés se vend 9,29 euros. Donc, c’est plus intéressant pour le grossiste de l’exporter en Italie »« Un projet de décret sur les médicaments interdits de revente par les grossistes est en cours », indique Hélène Pollard, du TRT-5. 

Dans son avis relatif à l'approvisionnement en médicaments à usage humain, l’Autorité de la Concurrence préconise un assouplissement des « modalités relatives à l’exportation parallèle, afin qu’elles soient justifiées et proportionnées à l’objectif de santé publique ». Actuellement, en France, une centaine de médicaments seraient en rupture de stock.

Publié dans Santé

Commenter cet article