A Montpellier, Ségolène Royal résiste à un groupuscule intégriste

Publié le par DA Estérel 83

LePost

 

S.Royal à Montpellier le 18 juin 2011

 

Devant 700 personnes réunies dans le quartier populaire de La Paillade à Montpellier, Ségolène Royal a prononcé un grand discours sur le rétablissement des valeurs républicaines et a présenté des propositions concrètes pour enfin amorcer le renouveau du pays, notamment la réforme bancaire qu'elle appelle de ses voeux.

Alors que Ségolène Royal s'aprétait à terminer son intervention et qu'elle déclinait ses "nouvelles règles de la République" --"ordre social juste, ordre économique juste, ordre éducatif juste"--, un brouhaha s'est formé sur le côté de la salle. 7 personnes dont 2 femmes voilées ont tenté de perturber la réunion publique, ont voulu se rapprocher de la scène en criant "Ségolène casse-toi, La Paillade n'est pas à toi". La salle a tenté, avec des "Ségolène! Ségolène!", de couvrir les cris de la poignée de manifestants.

Ségolène Royal n'a pas cédé à la provocation et est intervenue pour ramener le calme, en appelant à la «liberté d'expression» et en rappelant les «principes de la République française» et le «respect de la démocratie».

A l'issue de la réunion publique par ailleurs très chaleureuse, Ségolène Royal a assuré ne pas vouloir "laisser le champ libre à des intégristes qui n'ont pas leur place dans la République française s'ils se comportent comme cela. La République française, c'est la liberté, la fraternité, l'égalité".

"Ce qui les embête en effet, c'est que je puisse venir dans les quartiers pouplaires, y être bien accueillie par les associations parce qu'ils voudraient que la République laisse à l'abandon ces quartiers et qu'ils puissent y faire la loi", a ajouté notre candidate à l'élection présidentielle.

"Ces gens ne feront pas la loi dans les quartiers de la république francaise", a encore averti Ségolène Royal.

Dans un message téléphonique, les perturbateurs avaient rappelé, que Ségolène Royal "s'est opposée à l'excision, aux femmes voilées", et dénonçait un soi-disant "soutien inconditionnel de Ségolène Royal à Israël" ainsi qu'au mouvement "Ni putes, ni soumises".

Le groupuscule auteur du message téléphonique fait sans doute référence aux discours de Ségolène Royal sur la Laïcité et le droit des Femmes comme lors de la primaire de 2006, lorsque s'exprimant sur la laïcité elle s'était adressée aux«femmes voilées, femmes mutilées, femmes excisées, femmes violées, femmes écrasées».

Auparavant, Ségolène Royal avait rendu visite à Sète aux "forçats de la mer", artisans-pêcheurs en souffrance et puis aux habitants et associations des quartiers populaires de Montpellier de la Paillade, au cours notamment d’une visite de marché. Ségolène Royal marque ainsi sa volonté d'être selon ses mots "la candidate du peuple" pour être demain "la présidente de peuple français".

Au cours de la réunion publique de La Paillade, de nombreuses personnalités ont exprimé leurs soutien à Ségolène Royal : Brahim Abbou, organisateur de la visite, qui a vanté la "France métissée" mise en avant par Ségolène Royal en 2007,Delphine Batho, députée des Deux-Sevres et Dominique Bertinotti, maire du 4ème Arrondissement de Paris ainsi que et le député Guillaume Garot, qui a lancé: "Elle a une expérience parmi tous les socialistes, c'est celle d'une campagne présidentielle, où rien ne nous sera épargné".


Ségolène Royal entourée de Delphine Batho et Domonique Bertinotti à Montpellier, le 18 juin 2011.
Ségolène Royal entourée de Delphine Batho et Domonique Bertinotti à Montpellier, le 18 juin 2011 - DA Pyrénées-Orientales.




Publié dans S.ROYAL

Commenter cet article